4 min

Concrétisons ensemble l’ambition d’un numérique souverain et responsable

La nécessité d’acquérir une autonomie stratégique dans l’espace numérique doit constituer une priorité pour la France et l’Europe. Au sortir de la pandémie de Covid-19, cet impératif apparait aujourd’hui comme une évidence, tant notre dépendance technologique envers des solutions et matériels numériques étrangers s’est révélée critique pour notre souveraineté.

La numérisation de la société connaissant une croissance exponentielle, nos dépendances et nos vulnérabilités évolueront au même rythme sans une véritable stratégie visant à garantir notre liberté d’action dans ce secteur.

Nadine Foulon-Belkacémi

Nadine Foulon-Belkacémi est Executive Vice President, Directrice des Grands Clients d’Orange Business Services depuis février 2018.

Elle a intégré Orange en 2009 pour prendre la direction d’un centre de Recherche et Développement au sein des Orange Labs. A partir de 2014, elle a été en charge de la Direction Opérationnelle d’Orange pour le Nord de France.

Avant de rejoindre Orange, Nadine a assuré plusieurs postes de responsabilité au sein de grands groupes industriels. Elle est entrée chez Alcatel Alstom Recherche en 1994 en tant que Directrice du département Matériaux où elle a rapidement eu la responsabilité managériale de grandes équipes. Avec l’évolution du Groupe vers les télécoms, elle a été impliquée dans la fusion d’Alcatel et Lucent devenant en 2005 la directrice des Ressources Humaines de l’activité de Communications Mobiles. En 2007, Nadine a rejoint Essilor pour prendre en charge la Recherche et Développement autour d’une nouvelle ligne de produits innovants.

Nadine Foulon-Belkacémi a un parcours très diversifié marqué par une forte volonté de capitaliser sur son expertise technique évoluant vers des postes à forts enjeux business. Titulaire d’un doctorat et d’un post-doctorat scientifiques, Nadine est diplômée d’un PhD de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Paris et d’un Master en International Management de l’INSEAD.

En parallèle à ses fonctions chez Orange, Nadine Foulon-Belkacémi est présidente du GINUM depuis l’été 2021.

Voir tous les articles

Les convictions à l’origine de la création du GINUM

Dans ce contexte, le Groupement des Intervenants du Numérique pour la défense, la sécurité et les enjeux d’importance vitale (GINUM) a vu le jour en septembre 2021, avec pour volonté d’apporter des réponses et des solutions concrètes pour renforcer l’autonomie stratégique de la France en matière de numérique. L’objectif est de permettre aux entités publiques et privées de la défense, de la sécurité et des enjeux d’importance vitale d’avoir la capacité de choisir leurs dépendances numériques.

Face à des impératifs de transformation, de compétitivité et de souveraineté, nous avons la conviction que seule une approche holistique peut donner lieu à des propositions pertinentes.

Le souhait d’unir des acteurs tels que l’Association Le Club Valin, Mentor Consultant, CS GROUP, et Orange, et d’en faire les membres fondateurs, témoigne de notre volonté de créer des synergies au sein de l’écosystème numérique français et par la suite européen. Dans cette logique, nous voulons associer un grand nombre d’acteurs de nature différente (industriels, associations, académiques, institutions, syndicats) à nos travaux.

Par ailleurs, le GINUM étant conscient que les enjeux environnementaux et sociétaux sont des éléments essentiels de compétitivité, il les intègre pleinement dans sa démarche en matière de souveraineté numérique.

Les travaux du GINUM

Partant de ces convictions, le GINUM se donne pour missions de :

  • Fédérer l’expertise technologique dans les milieux académique et industriel œuvrant pour la défense, la sécurité et les enjeux d’importance vitale,
  • Organiser le dialogue entre institutionnels et acteurs du secteur,
  • Promouvoir un numérique souverain et responsable.

Ces trois missions ont irrigué les premiers travaux du GINUM qui ont abouti à la publication de la première édition de son Livre Bleu, le 18 mars 2022. Il a pour objectif de clarifier les enjeux de souveraineté numérique et d’établir des axes de réflexion sur les questions clés pour cette souveraineté.

Durant plusieurs mois, des groupes de travail ont eu lieu entre les adhérents du GINUM autour des 4 sujets suivants :

  • La mise en œuvre effective d’une stratégie industrielle ;
  • Un numérique innovant et respectueux des valeurs françaises en matière environnementale et éthique ;
  • La sécurisation des approvisionnements de bout-en-bout ;
  • Les compétences essentielles à notre souveraineté : former, attirer et conserver ces compétences.

Des entretiens ont également été réalisés auprès d’acteurs industriels, académiques et étatiques et sont venus enrichir nos travaux pour aboutir à 19 axes de réflexion.

Les essentiels du Livre Bleu

  • Une approche de bout en bout pour identifier les priorités en matière de souveraineté

Dans la perspective de faire émerger des solutions numériques souveraines et responsables permettant de garantir une liberté d’action dans les secteurs essentiels pour la Nation, le GINUM a développé une méthodologie partant des besoins métiers.

Cette approche vise à définir des niveaux de priorité entre les services essentiels, nécessaires et souhaitables afin d’assurer la continuité de la Nation. Cette priorisation permet de construire les conditions d’une garantie de liberté de décision et d’action pour les domaines de la défense, de la sécurité et des OIV.

Elle doit être appliquée à la fois aux infrastructures, aux applications et aux données.

  • La promotion de la filière industrielle française du numérique

Dans l’ensemble de nos chapitres, nous insistons sur l’importance de privilégier les solutions développées par les entreprises françaises (et européennes si elles ne sont pas effectives). Parmi les axes de réflexion envisagés, nous proposons d’établir un guide de l’achat numérique souverain, de créer des formations avec les industriels offrant des solutions souveraines, ou encore de favoriser en matière d’innovation des logiques de commande publique plutôt que de subvention.

  • L’appui européen viendra consolider l’affirmation de cette souveraineté

Nous pensons que la France doit s’appuyer sur l’échelon européen pour tendre vers une autonomie stratégique dans laquelle sa liberté d’action est assurée. Le volet de la régulation, que nous jugeons indispensable à la protection des citoyens et à la compétitivité de nos entreprises en est une des raisons. C’est pourquoi nous envisageons de porter ces réflexions à l’échelle européenne au travers d’un évènement qui se tiendra cette année à Bruxelles. Nos axes de réflexions portent notamment sur l’édiction de règles de type ITAR/EAR ou encore l’établissement de quotas dans certains marchés publics en faveur des TPE et PME.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à télécharger le Livre Bleu sur le site du GINUM, www.ginum.fr

Les prochaines étapes

Cette première édition du Livre Bleu avait pour objectif de poser les bases d’une réflexion autour des enjeux de souveraineté identifiés ; nous souhaitons à présent élaborer des propositions concrètes sur la base de nos 19 axes de réflexion. Ces prochains travaux se concrétiseront par une deuxième édition du Livre Bleu, attendue avant la fin de l’année 2022.

Conformément à nos valeurs et convaincus de la vertu de cette démarche, nous ambitionnons d’intégrer davantage d’acteurs divers à nos groupes de travail. Le GINUM lance donc un appel à tous les acteurs intéressés (étatiques, représentants des OIV, futurs adhérents, académiques, associations, syndicats), pour qu’ils se joignent à nos travaux et qu’ensemble nous construisions ce numérique souverain et responsable au profit de la défense, de la sécurité et des enjeux d’importance vitale.

Vous pouvez nous contacter via notre site Web, notre compte LinkedIn ou l’adresse contact@ginum.fr

Partager cet article avec un ami