1 min

Face aux cybermenaces, « la réponse doit être collective » (Cédric O)

[FIC 2021 – Retour sur] Interview croisée du président du Campus Cyber, Michel Van Den Berghe, avec le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, qui insiste sur la nécessité de structurer un écosystème, pour assurer une réponse collective aux cybermenaces.

03 05 2022

Cédric O a piloté le déploiement de la Stratégie nationale pour la cybersécurité, mise en place par l’État français en février 2021 et financée à hauteur de 1,3 milliard d’euros, via France Relance et le Programme d’Investissement d’avenir.

Pour Cédric O, la résilience aux cyberattaques dépend de l’émergence d’un écosystème structuré

Très ambitieux, ce plan se fixe l’objectif, à horizon 2025, de multiplier par 3 le chiffre d’affaires de la filière (de 7,3 milliards à 25 milliards d’euros), et par 2 le nombre d’emplois (de 37 000 à 75 000). Les autres objectifs pour 2025 sont une structuration de la filière, une augmentation sensible du nombre d’entreprises dédiées à la cybersécurité, dont trois licornes françaises, et une stimulation de la recherche, de l’innovation industrielle et de la formation.

Cédric O a rappelé qu’en matière de cybersécurité, « aucun acteur, aussi puissant soit-il, n’est à l’abris lui-même. La réponse ne peut être que collective ». Pour faire face à l’augmentation des cybermenaces, la France doit donc structurer son écosystème cyber. La création du Campus Cyber fait partie de cette ambition.

Trois appels à projets, des efforts sur la sensibilisation, la recherche et la formation

Les autres premières briques de ce plan sont trois appels à projets (désormais clos), dotés de 250 millions d’euros de financement public : le premier pour soutenir le développement de technologies souveraines, innovantes et critiques, le second pour aider à la mutualisation de données de cybersécurité, et le troisième pour développer des projets innovants sur le Campus Cyber.

Le gouvernement veut aussi accélérer davantage la sensibilisation à la cybersécurité dans toute la France, via l’ouverture de Campus Cyber régionaux, car la sensibilisation des TPE, des PME et des collectivités locales ne peut se faire que localement.

Les prochains chantiers prioritaires sont la recherche et la formation, qui seront dotées d’au moins 500 millions d’euros, afin de répondre au manque endémique de compétences et de talents dans l’écosystème cyber français.

Partager cet article avec un ami