1 min

No More Ransom dresse le bilan de 6 ans d’activité

Lancée en 2016, l’initiative No More Ransom d’Europol a publié son bilan – 136 outils gratuits de déchiffrement et 1,5 million de victimes secourues

Cyber criminalité - 28 07 2022

En 2016, Europol a mis en place, en partenariat avec la police néerlandaise et des sociétés de sécurité informatique, No More Ransom, une initiative visant à proposer aux victimes de rançongiciel des outils de déchiffrement gratuits pour récupérer leurs données.

Europol vient de publier le bilan de ce programme, fort désormais de 136 outils, offrant des réponses à 165 variantes de rançongiciels. « Plus de 188 partenaires du public et du privé ont rejoint le programme, fournissant régulièrement de nouveaux outils de déchiffrement pour les dernières souches de logiciels malveillants », pointe l’agence.

En 6 ans, No More Ransom a permis à 1,5 million de victimes de récupérer des données chiffrées par des rançongiciel, soit un manque à gagner d’environ 1,5 milliard d’euros pour les cybercriminels (sur une base de 1 000 euros par rançon).

No More Ransom dispose notamment de décrypteurs contre GandCrab, REvil/Sodinokibi, NoWay, Diavol, Maze, Egregor, Sekhmet, TargetCompany ou HermeticRansom.

En revanche, Europol reconnaît que le projet est voué, par nature, à être toujours en retard sur les cybercriminels les plus en pointe. No More Ransom ne dispose ainsi d’aucun outil pour lutter contre les rançongiciels de Lockbit ou de Conti et ses héritiers.

Le projet permet donc surtout de bloquer les attaques utilisant des rançongiciels anciens. Europol rappelle par ailleurs que « le meilleur remède contre les rançongiciels réside dans la prévention ».

Partager cet article avec un ami