1 min

La sécurité sociale britannique confie ses données de santé à Palantir

Les défenseurs de la vie privée contestent le choix de la société américaine, connue pour ses liens avec des services militaires et de renseignement.

Souveraineté numérique - 27 novembre 2023

Le National Health Service (NHS), le service public de santé du Royaume-Uni, a dévoilé, le 21 novembre 2023, les résultats de l’appel d’offres pour son futur système d’échange de données de santé. Un consortium de cinq sociétés, mené par l’entreprise américaine Palantir, l’a emporté. Il devra mettre en place et exploiter, pendant cinq ans, cette future « Federated Data Platform ».

Ce système va permettre aux différents services de santé britanniques d’échanger et de partager des données, afin d’améliorer leur efficacité opérationnelle. « Les cliniciens pourront accéder à des données en direct sur les créneaux horaires disponibles dans les salles d’opération, sur la disponibilité du personnel et sur les données personnelles des patients (..), en appuyant simplement sur un bouton », se félicite ainsi Matthew Taylor, directeur général de la NHS Confederation.

Des défenseurs de la vie privée contestent toutefois le choix de Palantir, une société controversée, connue pour ses liens avec des agences de renseignement et des organisations militaires. « Palantir est un choix de prestataire de services très troublant pour le NHS, étant données les controverses sur les droits de l’homme qui entourent l’entreprise », pointe ainsi Peter Frankental, d’Amnesty International. La British Medical Association juge quant à elle cette décision « profondément inquiétante ».

Pour rassurer, le NHS a précisé qu’aucun prestataire ne pourra accéder aux données sans son autorisation et qu’il gardera le contrôle de la gestion des données. La Federated Data Plateform devra par ailleurs respecter, selon le NHS, les plus exigeantes normes de cybersécurité et de protection de la vie privée.

Partager cet article avec un ami