1 min

12 pays européens veulent créer un PIIEC pour le cloud souverain

Douze pays de l’Union européenne, dont la France, ont annoncé leur intention de présenter, fin mars 2022, un PIIEC dédié aux services et infrastructures cloud, doté de 7 milliards d’euros.

Le 7 février 2022, durant la première journée de la conférence « Construire la souveraineté numérique de l’Europe« , organisée à Bercy par la PFUE, douze États membres de l’UE ont indiqué leur volonté de déposer, fin mars 2022, un Projet Important d’Intérêt Européen Commun (PIIEC), doté de 7 milliards d’euros et visant à développer des services et infrastructures cloud de dernière génération dans l’Union.

Un PIIEC est un mécanisme de financement public-privé, qui autorise l’usage de subventions publiques au-delà des limites fixés habituellement par la Commission. Il a été signé par la France (qui apportera 300 millions d’euros), l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays-Bas, la Pologne, la Slovénie et la République Tchèque.

Ce PIIEC s’appuiera sur « des entreprises, des laboratoires et des académiques européens » pour « créer de la valeur et de l’emploi dans l’Europe entière tout en soutenant l’émergence des champions technologiques français et européens du cloud« , selon Cédric O, secrétaire d’État au numérique.

Il ambitionne de financer plus de 60 projets, impliquant 180 entreprises européennes pour « créer un continuum de services du cloud à l’edge« . « Cela va nous permettre d’avoir enfin un stockage de données qui soit véritablement souverain« , s’est félicité Bruno Le Maire, ministre français de l’Economie, des Finances et de la Relance.

Reste que le chantier est considérable : la part de marché des acteurs européens du cloud ne fait que baisser depuis plusieurs années. AWS, Microsoft Azure et Google contrôlent ainsi 69 % du cloud computing de l’UE et le numéro 1 européen, Deutsche Telecom, doit se contenter de 2 % de ce marché.

Partager cet article avec un ami