1 min

Nouvelle amende contre Clearview AI

Ce 23 mai 2022, l’ICO, équivalent britannique de la CNIL, a condamné la startup de reconnaissance faciale Clearview AI à une amende de 8,85 millions d’euros pour collecte illégale de données.

Clearview AI est une startup américaine de reconnaissance faciale. Elle s’appuie sur une immense base de données, alimentée par le scraping d’images et de données personnelles en accès libre sur Internet. La startup a ainsi collecté plus de 20 milliards de visages dans le monde, tous reliés à des données d’identification, sans en informer les intéressés.

Clearview AI facture ensuite à ses clients la recherche de correspondance entre une image d’une personne et cette base de données. La société fournit ensuite la liste des sites où les informations ont été trouvées. Après un scandale né de son utilisation par des sociétés privées, la startup ne collabore plus qu’avec les autorités et les forces de l’ordre.

Malgré cette restriction, ces pratiques de scraping restent en contradiction avec de nombreuses législations sur la vie privée, notamment le RGPD dans l’Union européenne.

Pour cette raison, la CNIL italienne a récemment infligé une amende de 20 millions d’euros à Clearview AI, et la CNIL française a mis la société en demeure, en décembre 2021, de cesser de collecter et d’utiliser des photos et données issues du scraping.

Ce 23 mai 2022, c’est l’Information Commissioner’s Office (ICO), équivalent britannique de la CNIL, qui a condamné la startup à une amende de 7,5 millions de livres sterling (soit 8,85 millions d’euros), à la suite d’une enquête conjointe menée avec l’Office of the Australian Information Commissioner (OAIC).

Le jugement impose également à Clearview AI de supprimer les données concernant les résidents britanniques et d’arrêter de collecter et d’utiliser les données personnelles de résidents britanniques.

Partager cet article avec un ami