1 min

Premier sommet africain sur la cybersécurité à Lomé

Ces 24 et 25 mars 2022, le Togo reçoit, à Lomé, le premier sommet africain sur la cybersécurité, qui vise notamment à harmoniser les politiques de lutte contre les cyberattaques sur le continent.

Le Togo a la volonté de devenir un leader africain du numérique et d’attirer ainsi les investisseurs régionaux et internationaux. Le pays multiplie pour cela les initiatives afin de renforcer sa souveraineté numérique et assurer la sécurité des données. Il dispose ainsi depuis 2021 d’un cadre juridique renforcé sur le sujet, d’un centre de données Tier 3, et d’une Agence nationale de la cybersécurité.

Ces 24 et 25 mars 2022, le Togo reçoit justement, à Lomé, le premier sommet africain de la cybersécurité, co-organisé par la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique (CEA). Le président togolais Faure Gnassingbé s’y est d’ailleurs vu décerner le prix du « champion d’Afrique de la cybersécurité » du CEA.

Ce sommet de deux jours a pour objectif d’aider les décideurs à mieux comprendre les préoccupations et les enjeux liés à la cybersécurité en Afrique, en insistant sur la nécessité d’améliorer la résilience des SI et de mettre en place, dans chaque État africain, une stratégie politique et un cadre juridique national sur la cybersécurité.

Cette réunion veut notamment inciter un maximum de pays à ratifier la « Convention de Malabo » de l’Union Africaine sur la cybersécurité et la protection des données personnelles.

D’après le cabinet de conseil kényan Serianu, la cybercriminalité a coûté plus de 4 milliards de dollars à l’Afrique en 2021. Le continent fait face à une pénurie criante de professionnels, avec seulement 7 000 personnes certifiées en 2018. A peine la moitié des États du continent disposent par ailleurs d’une législation sur la protection des données.

Partager cet article avec un ami