1 min

Anticipation, innovation, collaboration : les trois piliers de la cybersécurité pour Pierre Barnabé (Atos)

À quelques jours de l’ouverture du FIC 2022, zoom sur l’engagement pris par l’événement en faveur des synergies entre le secteur du sport et celui de la cybersécurité. Ce dernier avait déjà été engagé durant l’édition précédente avec Pierre Barnabé, chef du big data et de la cybersécurité chez Atos. Il y détaillait les trois enseignements essentiels de la cybersécurisation des JO de Tokyo : l’anticipation, l’innovation et la collaboration, notamment internationale.

05 06 2022

Atos a assuré des JO de Tokyo sans cyberattaque entravant l’événement

Atos a fait face à un changement d’échelle, avec un nombre d’attaques passé de la centaine de millions à Rio (2016) au milliard à Tokyo en 2021 – et sans un seul « événement » ayant entravé la bonne tenue des Jeux.

Pierre Barnabé en tire trois enseignements essentiels pour assurer la cybersécurité d’un grand événement, mais valables aussi pour une entreprise ou un particulier : anticipation, innovation, collaboration.

Une cybersécurité opérationnelle doit ainsi tester en permanence l’ensemble de ses infrastructures, face à tous les types d’attaques, anticiper toutes les situations, même les plus improbables, pour assurer la robustesse des cyberdéfenses.

Pour faire face à des cyberattaques toujours plus complexes, il faut investir dans l’innovation, en particulier l’IA et la robotisation

Pierre Barnabé insiste ensuite sur la nécessité de se porter à la pointe de l’innovation, pour faire face à des cybercriminels qui « investissent énormément en R&D, recrutent dans les meilleures universités les meilleurs experts, pour bâtir des attaques les plus complexes possibles ».

Le dirigeant d’Atos estime que deux technologies sont particulièrement cruciales pour répondre à ce défi, et doivent concentrer dès maintenant les investissements de l’écosystème cyber : l’IA et la robotisation.

« Les robots seront nos meilleurs amis pour nous protéger et ne nous donner, nous êtres humains, que l’analyse et la réponse à des attaques très particulières », précise Pierre Barnabé.

Partager cet article avec un ami